logo

En quoi consiste la chirurgie réfractive ?

La chirurgie réfractive consiste à modifier chirurgicalement la courbure de la cornée pour que l’image de loin d’un objet tombe sur la rétine et non en avant ou en arrière de celle-ci. Elle fait appel à des techniques micro-chirurgicales de l’oeil pratiquées sous microscope et au laser. Cette dernière technique s’est particulièrement développée cette dernière décennie en raison de la mise au point des dernières générations de laser. Cette chirurgie reste une opération de convenance de l’oeil. Elle est rapide, sûre, non sanglante, efficace dans la mesure où les indications en sont respectées.

Il est actuellement possible de corriger chirurgicalement chez les patients de 20 à 65 ans dont l’oeil est stable et ne souffre pas de kératocône, ou de maladie systémique :

■ La myopie.

■ L’astigmatisme congénital ou acquis par exemple après intervention de cataracte, après une greffe ou après un accident.

■ La myopie associée à un astigmatisme.

■ L’hypermétropie.

■ La presbytie sous certaines conditions.

Notre utilisons la technologie de notre partenaire ISOVision pour traiter efficacement la presbytie de nos patients.

Les techniques de chirurgie réfractive

■ Le laser excimer ou photokératectomie PKR permet de corriger :
• La myopie entre -0,75 et -8 dioptries
• Les astigmatismes
• Les hypermétropies
• Les combinaisons myopie / astigmatisme, hypermétropie / astigmatisme

Le laser enlève un morceau de tissu au centre de la cornée de l’oeil.

■ Le lasik, abréviation de Laser in situ Kératomileusis, associe les deux techniques : kératoplastie et laser excimer :

• découpage d’un volet cornéen de 160 microns au microkératome
• ablation en profondeur du tissu cornéenau laser excimer
• puis remise en place du volet.

Cette technique permet de corriger des myopies allant jusqu’à -8 dioptries.

■ L’implant intraoculaire. Cette technique consiste à mettre en place une lentille à l’intérieur de l’oeil. Celle-ci est clipée sur l’iris ou entre l’iris et le cristallin. Cette intervention est proche de l’opération de la cataracte. Elle peut se faire pour les myopies de -3 dioptries à – 23 dioptries et les hypermétropies de +2 à +15 dioptries

■ Biotonic utilisation de plusieurs techniques lasik+implant. Cette technique utilise les avantages du lasik et de l’implant pour donner le meilleur confort visuel lors de déformation cornéenne importante comme elle existe lors d’une forte myopie associée à un astigmatisme important.

■ La kératotomie radiaire est une technique plus ancienne. Elle est utilisée actuellement pour corriger les astigmatismes chez les greffés, après ou pendant opération de la cataracte, AK astigmatisme kératotomie.

Intervention au laser excimer

Les trois étapes d’un traitement Lasik

Un implant myopique « ICL®»

AK : kératotomie astigmatique

Quels sont les résultats ?

Tout dépend de l’anomalie de départ. En cas de myopie jusqu’à -8 dioptries, la précision de la correction est optimale avec le laser excimer. Au delà, d’autres techniques sont plus précises. On obtient des résultats moins précis lors de correction de l’astigmatisme. Chez les hypermétropes, il existe une forte régression et le laser excimer
ne peut actuellement corriger plus de 3 dioptries. Au delà, nous préconisons un implant intraoculaire. Une correction totale de la myopie n’est pas toujours souhaitée, surtout si le patient est déjà presbyte. En effet, il est possible de voir de près d’un oeil et de loin de l’autre, ce qui permet au patient de plus de 40 ans d’être confortable dans la vie de tous les jours en abandonnant le port de lunettes.

Les résultats sont-ils stables ?
Oui, si l’opération a lieu chez un patient dont la myopie est stabilisée, c’est à dire qu’elle n’a pas augmenté dans les deux dernières années qui précèdent. Si la myopie est stabilisée, les résultats sont définitifs. C’est pourquoi il est contre-indiqué de se faire opérer avant l’âge de 18 ans et / ou si la myopie n’est pas stabilisée. A partir de 45 ans, toute personne devient presbyte, c’est-à-dire qu’elle a de la peine à focaliser sa vision de près, ceci provient d’une diminution de l’élasticité du cristallin. La chirurgie réfractive ne traite pas la perte de l’accommodation.

La différence de vision avant l’opération et après est surprenante.

Quels sont les effets secondaires ?

Le laser excimer PRK
Opération la plus ancienne, si les résultats à long terme sont équivalents à ceux du LASIK, les effets secondaires sont importants. Les 3 ou 4 jours suivant l’opération, l’oeil est douloureux. Un traitement antalgique sera prescrit. La correction n’est pas immédiate. Pendant 1 à 2 mois, il peut exister une phase transitoire de surcorrection
gênant la lecture. Après ce type d’opération, il peut apparaître un voile (haze) devant l’oeil qui, en général, ne provoque pas de gêne. Il disparaît spontanément après 18 mois. S’il n’a pas disparu, un nouveau traitement peut le supprimer définitivement.

Parfois si le patient bouge lors de l’opération au laser, il peut exister un certain décentrement. Celui-ci peut être corrigé, par la suite, en recommençant la procédure. Si le lasik est devenu l’opération de choix pour les corrections de vision, nous sommes parfois obligés de recourir au Laser Excimer dans certains cas, par exemple lors d’une cornée trop mince (moins de 500 microns central)

Le lasik (Laser In Situ Keratomileusis)
Cette intervention est celle qui est faite de routine. Plus délicate, elle vous apporte cependant beaucoup d’avantages et de confort à court terme. Le LASIK n’est pas douloureux. Il existe une gêne les 2 premiers jours, la vison est trouble les 3 premiers jours , légèrement fluctuante la première semaine. Mais il n’existe pas de sur-correction si gênante à la lecture. Le résultat est plus rapidement net et stable. Il est possible parfois, dans les premiers jours, d’avoir des plis sur le volet du LASIK. Nous devons, alors, replacer le volet en l’hydratant et le repositionner sans pli.
Vous pouvez recommencer à travailler environ après une semaine.

Le volet supérieur peut se déplacer si on se frotte l’oeil dans les premiers jours. Une épithélisation peut apparaître entre les deux couches cornéennes, ce qui conduit à une reprise opératoire. Si la correction ou le volet supérieur ne sont pas optimaux, il est possible de reprendre l’intervention, facilement, sans douleur, 3 à 6 mois plus tard.

Quelle procédure choisir ?

Le LASIK est actuellement le procédé que nous utilisons de routine. Il est parfois nécessaire d’utiliser la PRK lorsque l’épaisseur de la cornée n’est pas suffisante. Le laser excimer est plus précis que la kératotomie radiaire (jusqu’à -8 dioptries). Les implants intraoculaires sont la méthode de choix pour les fortes hypermétropies et myopies.

Nous utilisons actuellement des opérations combinées lorsqu’il existe une forte myopie ou hypermétropie associées à un fort astigmatisme. Nous opérons habituellement les deux yeux lors de la même séance à moins que le patient ou le chirurgien n’en conviennent autrement. L’astigmatisme kératotomie est une excellente méthode pour corriger de faibles astigmatismes lors de la chirurgie de la cataracte.

Les traces visibles de l’opération auront disparu après 2 jours

Les examens avant l'opération

Avant une opération de lasik, une série d’examens sont à faire.

Dans un premier temps, votre ophtalmologue pratiquera un contrôle ophtalmologique complet.
Dans un deuxième temps, des examens complémentaires sont pratiqués:

  • Pachymétrie
  • Biométrie: IOL-Master
  • Topographie: Pentacam
  • Skiascopie

Pour cette série d’examen, il est important de savoir que:

  1. Les porteurs de lentilles ne doivent pas porter leurs lentilles pendant un certain temps avant ces examens (10 jours pour les lentilles souples et 3 semaines pour les lentilles dures).
  2. Après ces examens (la skiascopie) le patient va voir flou entre 24h et 36h, la durée varie d’un patient à l’autre. Il ne doit donc pas conduire tant que sa vue est floue et peut être gêné au travail le lendemain. Il est préférable de prévoir des lunettes de soleil.

L'opération en pratique

L’opération de la myopie se pratique en ambulatoire au Centre Chirurgical à Lausanne. Le patient n’est donc pas hospitalisé. L’opération se pratique dans un bloc opératoire, sous microscope et dure environ 1 / 2 heure entre la préparation et l’opération proprement dite.

L’opération se réalise sous anesthésie locale. Vous sentirez légèrement l’instrument qui empêche l’oeil de bouger mais ceci est sans douleur. Une fois la chirurgie terminée, vous pouvez rentrer à domicile sans pansement.

Il est possible que, dans l’après-midi qui suit l’intervention, vous ressentiez des douleurs au niveau de l’oeil opéré. Vous recevrez dans tous les cas, à la sortie du bloc opératoire, un traitement sous forme de comprimés et de gouttes qui permettront, si vous avez mal, de diminuer la douleur. Celle-ci disparaît dans les trois premiers jours.

Pour le LASIK, la récupération visuelle est rapide et la gêne est d’environ 3 jours, il existe des fluctuations de la vision entre le matin et le soir. Pour la PRK, la récupération visuelle se fait lentement, il faut compter environ une semaine pour la vision de loin et quelquefois plus pour la vision de près. D’un point de vue pratique, selon l’intervention et selon la profession, l’arrêt de travail peut aller de 3 à 10 jours.

Après l’intervention, si vous portiez des lunettes elles ne seront plus valables. Les contrôles médicaux, après l’intervention, se font à 1 jour, 1 semaine et 1 mois. Il faut, après l’opération, mettre plusieurs fois des gouttes dans les yeux. Le médecin vous les prescrira avant l’intervention.

L’oeil opéré n’a pas de tendance accrue aux infections et il n’est pas impossible de pratiquer plus tard des interventions sur le globe. La visibilité du fond d’oeil n’est pas diminuée et ce type d’intervention ne gène en aucune façon l’intervention de la cataracte qui peut survenir après l’âge de soixante-cinq ans.

Après l’intervention, il est préférable de ne pas faire d’efforts physiques intenses, d’éviter les sports de contact. Il ne faut pas utiliser de maquillage pour éviter un tatouage accidentel au niveau de l’incision. Il n’est pas recommandé de se baigner dans une piscine pour éviter de contracter une infection oculaire.

Il ne faut absolument pas se frotter les yeux après l’intervention de LASIK. Après 21 jours, il est possible de reprendre une activité sportive régulière (comme le ski, le jogging, la gymnastique).

L’ablation de tissus dans la cornée par le laser excimer au microscope à balayage